Vous êtes ici

Le blog de Lolo

Les données ouvertes sont elles l'ennemi du logiciel libre ?

Commençons par un bref rappel : le terme données ouvertes (ou opendata en anglais) est la mise à disposition libre (sans restriction comme des copyrights ou des brevets) d'informations publiques sous forme brute. Ces fameuses données ouvertes font l'actualité depuis quelques mois en France, notamment grâce à la mise en place par le gouvernement français de l'entité ETALAB et la création de l'intéressante Licence Ouverte "made in France" !

De fait, on sent bien là une certaine volonté d'ouverture de la part de l'état - et je dis bien de l'état pas du service public ou de l'administration - puisque les collectivités locales, de par leur indépendance, n'ont pas toutes un projet dans ce sens et n'ont d'ailleurs aucune obligation à le faire.

Techniquement, comment vont être mises en ligne ces données ? C'est bien là toute la problématique... existe t'il seulement une norme voir un standard pour le faire ? Pas à ma connaissance. Cela signifie donc que :

  1. Ces données brutes pourront et seront probablement publiées au travers de logiciels propriétaires.
  2. Ces mêmes données brutes - souvent illisibles par un humain - pourront et seront probablement analysées, interprétées au travers de logiciels propriétaires.
  3. Après interprétation, ces données seront probablement republiées dans des formats propriétaires, les fameux "standards industriels fermés" contre lesquels les libristes luttent depuis des années.

Ce qui va se passer c'est que pour accéder aux données les API seront ouvertes et donc nul besoin / nécessité de logiciel libre dans tout cela. De même, quelle est la part de marché de la suite bureautique Microsoft Office face à celle de LibreOffice  (oublions désormais OpenOffice.org) ? donc en fait qui se souciera vraiment d'avoir des données dans un format binaire pourri type "XLS" aujourd'hui ?

J'ai été conforté dans cet avis à la lecture il y a quelques mois du magazine RSLN édité par Microsoft France, qui a fait un gros buzz autour de l'opendata. En d'autres termes cela signifiait simplement que Microsoft a dû remporter un marché important autour de l'opendata en France...

D'autre part je me suis arraché les cheveux après avoir entendu que "le débat autour du logiciel libre / logiciel propriétaire était dépassé et qu'aujourd'hui c'était les données ouvertes qui comptaient" par un participant dans le récent débat sur le numérique avec François Bayrou (fervent défenseur du logiciel libre).

Un rapide tour sur data.gouv.fr avec l'extension pour Firefox Wappalyser me donne à la fois tort et raison. Tort puisque le serveur web utilisé semble être Nginx, un ténor libre du genre mais raison puisque pour la plupart des informations que j'ai cherché à obtenir, le format proposé était XLS, DOC et quelques rares fois en CSV. Sans parler de liberté/ouverture je trouve que c'est triste à l'heure ou l'on est habitués à XML, JSON ou encore RDF qui sont infiniment plus flexibles et permissifs. En fin de compte ou est passé le RGI dans tout ça ???! Je n'ai pas l'impression que le gouvernement le respecte avec son portail des données ouvertes.

En conclusion selon moi ce débat est loin d'être terminé, car si l'open source et le logiciel libre progressent, ils sont encore loin d'être majoritaires en France et de mon expérience pas bien plus dans les administrations françaises, contrairement à la croyance populaire ! Pourtant -  ce n'est pas nouveau - leur pleine adoption permettrait sans doute de standardiser/normaliser tout cela, au bénéfice de l'utilisateur final (personne physique ou morale d'ailleurs), mais aussi de réduire les coûts et plus important, de mettre en oeuvre une véritable communauté qui collaborerait à l'amélioration des plateformes et donc par conséquent de développer et accélérer la mise en ligne de nouvelles données. N'assiste t'on pas là en partie à la même opposition qu'entre logiciel libre et cloud computing ?

Le Tigre

Logo du magazine mensuel "LE Tigre"

Suite à mon abonnement récent au mensuel généraliste Le Tigre, je viens de reçevoir cette semaine le double numéro juillet-août 2011, voici donc ce que je peux en dire à présent.

Après avoir feuilleté rapidement le magazine comme j'ai la mauvaise habitude de le faire (c'est d'ailleurs pour l'oeil toujours très différent de l'idée que l'on s'en fait à l'écran), j'ai à peine commencé à lire sérieusement une dizaine de pages que j'avoue en être définitivement tombé amoureux.

Car il faut bien le dire (et le redire) la maquette est très agréable : sa subtile élégance, l'agencement du contraste entre vide et volumes de texte est paradoxalement généralement difficile à obtenir, elle requiert du savoir faire. Cette dernière est enrichie par de belles photos, des dessins et même de rafraîchissantes bandes dessinées d'artistes de tous horizons qui ne vous lasseront assurément pas. Les articles et reportages que j'ai pu lire ? Saupoudrés d'humour, d'ironie et de critique bien placée, ils s'avèrent nécessairement captivants et empreints de culture car décalés par rapport à ce qu'on a l'habitude de voir de nos jours. Parfois rédigés par des écrivains dixit la présentation du magazine sur leur site web, ces écrits ont en commun un français et un style d'écriture de qualité (est-ce si fréquent de nos jours ?). Quelques petits jeux classiques (mots croisés, etc.) complètent bien le bref tableau que je vous ai décrit jusqu'à présent. La cerise sur le gâteau - pour ceux dont l'éthique d'un produit, s'il en est, reste encore un critère sine qua non - consiste en l'indépendance totale de l'équipe de rédaction et l'absence de publicité inutile, car oui, Le Tigre est financé uniquement par ses lecteurs. Oui vous, potentiellement ;-).

Au passage, c'est loin de n'être qu'une fade vitrine pour mettre en valeur les qualités techniques de certains logiciels libres (notamment Scribus pour la mise en page) comme je le craignait initialement et qui m'aura tout de même entraîné à m' intéresser au Tigre d'un peu plus près.

Je ne m'attarderais pas sur le contenu, qui aborde tout type de sujet pas nécessairement lié à actualité dont nous gavent les médias. Bref, ça ne fait que confirmer que ça du bon d'être indépendant...

Mon avis est bien entendu très modeste car pas très différent de ce que vous aurez pu entendre ailleurs, alors prenez simplement cela comme une confirmation car Le Tigre n'est pas une de ces légendes de libriste qui ne se vérifierait pas. Je ne doute pas non plus qu'il en existe d'autres dans le genre, mais encore faudrait-il les connaître, ce qui n'est pas mon cas... moi ça me rappelle beaucoup certaines revues que ramenait encore parfois à la maison mon imprimeur de père dans les années 80/90.

Si des lecteurs de longue date de ce magazine tombent par hasard sur cet article, je précise que je n'ai pas connu les précédentes moutures, donc je ne pourrai dire si je trouve qu'il s'est bonifié avec le temps ou le contraire, votre avis sera bienvenu dans les commentaires.

Ce que je peux en revanche dire à mes amis visiteurs réguliers c'est qu'à l'ère de la dématérialisation, si vous voulez encore passer un peu de votre temps dans le lit, sur le canapé, aux toilettes ou au p'ti' déj' en buvant le café à éplucher un magazine (du solide, du palpable), je vous recommande celui-ci chaudement !

Si vous restez sceptique je vous invite plutôt dans un premier temps à commander simplement un numéro pour vous en rendre compte vous même, les autres pourront directement s'y abonner. Les modalités et les informations complémentaires se trouveront en faisant un tour sur le site web du Tigre : http://www.le-tigre.net

Un petit geste pour le Libre Graphics Meeting 2011 !

Les logiciels libres sont VOS logiciels...

parfois ils méritent juste un petit coup de pouce pour qu'ils puissent s'améliorer (mais seulement si vous le voulez !) et le Libre Graphics Meeting est l'évènement parfait pour que les différentes équipes de développement de GIMP, Krita, Inkscape, Scribus et bien d'autres se rencontrent, échangent et fassent plus tard en sorte que les logiciels soient encore plus interopérables, intégrés, etc.

Allez hop, en quelques clics (à commencer par le joli logo ci dessus) ce sera fait et vous aurez la conscience tranquile ;-)

Google désinstalle des applications malveillantes à distance

C'est désormais officiel : Google utilise son système de désinstallation des applications malveillantes à distance.

D'aucuns pourraient croire compte tenu de ma position en faveur des logiciels libres et de la décentralisation des services sur internet que je devrait être contre ce type de pratique. Et bien non pour l'instant pour ce qui est de la sécurité et à fortiori quand c'est remonté et souhaité par les utilisateurs je suis pour la désinstallation à distance !

On pourrait alors me faire remarquer à juste titre que si la limite entre le logiciel malveillant et le "bon logiciel" est uniquement définie par Google, cela pourrait causer des faux positifs et beaucoup d'insatisfaction chez les utilisateurs suite à des désinstallation incongrues. Mais je ne crois pas que Google souhaite se mettre les utilisateurs à dos... ce service restera donc toujours limité au strict nécessaire tout en vous évitant dans une certaine mesure la dépendance à un éditeur d'antivirus (ce que j'ai toujours souhaité sur un système d'exploitation).

Peut être que Google devrait mettre en place un service ouvert, sur un mode participatif pour voter la désinstallation automatique d'une application indésirable précédemment publiée sur leur market.

Si ce principe vous paraît honteux ou inapproprié : n'oubliez pas que sur Android vous n'êtes pas contraint d'installer des applications uniquement depuis le market de Google ! Ce qui fait une grosse différence avec ses principaux concurrents plus fermés...

Désactivation du module Flattr pour mon instance de Drupal

Après tout pourquoi seulement Flattr comment moyen de micropaiement ? Et puis en l'état actuel des choses je ne le trouvait pas bien placé, il gênait la lecture des articles.

J'attend donc un module mieux écrit et gérant plusieurs moyens de paiement... une idée de plus de développement dans lequel je pourrais me lancer, mais faute de temps... qui se joindrait à moi ?

Pages

Subscribe to RSS - Le blog de Lolo