Vous êtes ici

Les données ouvertes sont elles l'ennemi du logiciel libre ?

Commençons par un bref rappel : le terme données ouvertes (ou opendata en anglais) est la mise à disposition libre (sans restriction comme des copyrights ou des brevets) d'informations publiques sous forme brute. Ces fameuses données ouvertes font l'actualité depuis quelques mois en France, notamment grâce à la mise en place par le gouvernement français de l'entité ETALAB et la création de l'intéressante Licence Ouverte "made in France" !

De fait, on sent bien là une certaine volonté d'ouverture de la part de l'état - et je dis bien de l'état pas du service public ou de l'administration - puisque les collectivités locales, de par leur indépendance, n'ont pas toutes un projet dans ce sens et n'ont d'ailleurs aucune obligation à le faire.

Techniquement, comment vont être mises en ligne ces données ? C'est bien là toute la problématique... existe t'il seulement une norme voir un standard pour le faire ? Pas à ma connaissance. Cela signifie donc que :

  1. Ces données brutes pourront et seront probablement publiées au travers de logiciels propriétaires.
  2. Ces mêmes données brutes - souvent illisibles par un humain - pourront et seront probablement analysées, interprétées au travers de logiciels propriétaires.
  3. Après interprétation, ces données seront probablement republiées dans des formats propriétaires, les fameux "standards industriels fermés" contre lesquels les libristes luttent depuis des années.

Ce qui va se passer c'est que pour accéder aux données les API seront ouvertes et donc nul besoin / nécessité de logiciel libre dans tout cela. De même, quelle est la part de marché de la suite bureautique Microsoft Office face à celle de LibreOffice  (oublions désormais OpenOffice.org) ? donc en fait qui se souciera vraiment d'avoir des données dans un format binaire pourri type "XLS" aujourd'hui ?

J'ai été conforté dans cet avis à la lecture il y a quelques mois du magazine RSLN édité par Microsoft France, qui a fait un gros buzz autour de l'opendata. En d'autres termes cela signifiait simplement que Microsoft a dû remporter un marché important autour de l'opendata en France...

D'autre part je me suis arraché les cheveux après avoir entendu que "le débat autour du logiciel libre / logiciel propriétaire était dépassé et qu'aujourd'hui c'était les données ouvertes qui comptaient" par un participant dans le récent débat sur le numérique avec François Bayrou (fervent défenseur du logiciel libre).

Un rapide tour sur data.gouv.fr avec l'extension pour Firefox Wappalyser me donne à la fois tort et raison. Tort puisque le serveur web utilisé semble être Nginx, un ténor libre du genre mais raison puisque pour la plupart des informations que j'ai cherché à obtenir, le format proposé était XLS, DOC et quelques rares fois en CSV. Sans parler de liberté/ouverture je trouve que c'est triste à l'heure ou l'on est habitués à XML, JSON ou encore RDF qui sont infiniment plus flexibles et permissifs. En fin de compte ou est passé le RGI dans tout ça ???! Je n'ai pas l'impression que le gouvernement le respecte avec son portail des données ouvertes.

En conclusion selon moi ce débat est loin d'être terminé, car si l'open source et le logiciel libre progressent, ils sont encore loin d'être majoritaires en France et de mon expérience pas bien plus dans les administrations françaises, contrairement à la croyance populaire ! Pourtant -  ce n'est pas nouveau - leur pleine adoption permettrait sans doute de standardiser/normaliser tout cela, au bénéfice de l'utilisateur final (personne physique ou morale d'ailleurs), mais aussi de réduire les coûts et plus important, de mettre en oeuvre une véritable communauté qui collaborerait à l'amélioration des plateformes et donc par conséquent de développer et accélérer la mise en ligne de nouvelles données. N'assiste t'on pas là en partie à la même opposition qu'entre logiciel libre et cloud computing ?

Ajouter un commentaire