frenchhope: harcèlement*

Les signets de cette page sont gérés par un administrateur.

124 signet(s) - Classer par : Date ↓ / Titre / Vote / - Signets des autres utilisateurs pour ce tag

  1. Les 22.000 départs ne visaient pas à sauver l’entreprise de la dette, mais à faire monter le cours de l’action pour mieux se rémunérer.

    Comment peut-on se revendiquer à la fois sauveur et incompétent managérial? Où est la vérité?
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/p...s-deffroi_fr_5d1e0a6ae4b01b834732c49f
    Vote 0
  2. -
    https://www.slate.fr/podcast/178884/a...ger-pour-les-femmes-18-mois-feminisme
    Vote 0
  3. "Il peut être le fait d’un seul supérieur tyrannique, d’un collègue malintentionné ou d’attaques groupées. Parfois direct et sans ambiguïté, il passe aussi par des formes plus insidieuses. On vous rajoute sans cesse de nouvelles tâches, on vous transmet trop tard une information importante (Estelle apprend le soir même qu’on l’a désignée pour l’ouverture du magasin le lendemain matin), on « oublie » de vous saluer, un groupe se sépare au moment où vous arrivez, on soupire quand vous prenez la parole, on ne tient pas compte de votre idée..."

    "Pour les collègues d’Estelle, la responsable est toute trouvée : la jeune femme elle-même. Claudie, qui travaille avec elle, confie ainsi : « Sa générosité permanente, son indulgence et sa gentillesse m’étaient devenues insupportables. En plus quelque chose me faisait penser que c’était faux, pas vrai. » Il y a là un grand classique du harcèlement : souvent, les victimes sont jugées responsables de ce qui leur arrive. Elles ne sauraient pas se défendre, seraient au mieux susceptibles ou trop sensibles, au pire manipulatrices, querelleuses, instables, asociales... Et comme elles sont insidieusement exclues du groupe, on peut aussi leur reprocher leur manque de coopération ou d’esprit d’équipe."

    "De fait, certaines études ont trouvé qu’il y aurait des « cibles faciles » : comme dans les cas de harcèlement scolaire, certaines victimes tendraient à être introverties et sensibles, à avoir peu d’amis et à souffrir de problèmes familiaux."

    "D’autres études se sont alors focalisées sur le profil des harceleurs, mettant par exemple en évidence des problèmes d’estime de soi démesurée (les conduisant à écraser leurs subordonnés qui ne leur semblent pas à la hauteur ou qui au contraire menacent leur ego par leurs compétences) ou une faible maîtrise de leurs émotions (les conduisant à se décharger de leur stress sur les autres)."

    "les recherches suggèrent qu’un autre coupable est souvent en cause : la structure et le fonctionnement même de l’entreprise. Ils peuvent être problématiques à bien des niveaux : mode de management autoritaire, objectifs irréalisables, pression chiffrée, restructurations lourdes, attribution de rôles confus, mauvaise communication... L’agressivité, la peur et les tensions qui en découlent induiraient alors des conflits et la victime de harcèlement serait inconsciemment désignée pour permettre au groupe de canaliser l’hostilité latente. C’est la thèse du bouc émissaire : les conflits se focalisent peu à peu sur une ou plusieurs personnes, qui deviennent les dépositaires exclusifs de la grogne générale."

    "Les enquêtes montrent en effet que le harcèlement au travail entraîne régulièrement des cas de stress post-traumatique, d’anxiété, de dépression, de troubles du sommeil et de troubles cardiovasculaires. Autant de problèmes susceptibles de causer une mort prématurée, par maladie, accident ou suicide. On sait aussi que le harcèlement professionnel nuit à la productivité, augmente l’absentéisme et conduit à la démission ou au licenciement."
    https://www.cerveauetpsycho.fr/sr/neu...u-harcelement-professionnel-16993.php
    Vote 0
  4. -
    https://invidio.us/watch?v=2zQaaQLVfw...ocal=true&autoplay=0&subtitles=%2C%2C
    Vote 0
  5. J’ai vécu l’époque où les ergonomes de France Télécom, en rangs de plus en plus clairsemés, essayaient, non sans risque pour leur carrière, d’alerter les dirigeants de leur entreprise sur la dangerosité des solutions qui leur étaient vendues. L’une d’elle, je ne saurais l’oublier tant elle nous faisait hurler, était que pour améliorer la productivité, il fallait « introduire une dose de stress dans l’entreprise ». Quiconque doute de la véracité de cette information devrait consulter la presse de l’époque qui promouvait avec ravissement cette méthode de management.

    La liste des futurs suicides s’est ouverte ainsi.

    Les ergonomes savaient, parce qu’ils l’avaient étudié et que des expériences l’avaient scientifiquement démontré, que le stress inhibe une partie des capacités du cerveau, favorise les erreurs et les accidents. Ils savaient aussi qu’il provoque des maladies physiques et atteint la santé psychique.

    ...

    Vinrent aussi les promoteurs de séminaires sans cravate, voire en short. Et en avant pour les jeux de rôles, les brainstormings, les papers-boards savamment constellés de gommettes de couleurs variées, les tableaux blancs égayés de cercles, de carrés, de flèches, de post-its, d’arbres d’Ishikawa, de diagrammes de Pareto, autant de méthodes dont la possible valeur intrinsèque était instrumentalisée pour avaliser l’idée erronée qu’il n’est pas besoin d’un savoir sur l’homme pour résoudre les problèmes de l’homme au travail.
    https://www.legrandsoir.info/hier-j-a...-de-suicide-nouvelle-publication.html
    Vote 0
  6. -
    https://www.franceinter.fr/justice/pr...-c-est-la-partie-emergee-de-l-iceberg
    Vote 0
  7. -
    https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A13389
    Vote 0
  8. -
    https://www.cerveauetpsycho.fr/sd/psy...icide-a-cause-de-son-travail-8542.php
    Vote 0

Haut de page

Première / Précédent / Suivant / Dernière / Page 1 de 13 Marque-pages / Space Oasis: Tags: harcèlement

À propos - Propulsé par SemanticScuttle