frenchhope: industrie agroalimentaire* + écologie*

Les signets de cette page sont gérés par un administrateur.

12 signet(s) - Classer par : Date ↓ / Titre / Vote / - Signets des autres utilisateurs pour ce tag

  1. On récapitule. On ne veut plus gâcher donc on emballe. On ne veut plus polluer, donc on réduit le plastique. Et non seulement tout ça ne suffit pas, mais ça peut même empirer la situation. « Parfois, la solution est pire que le problème », se désole Didier Onraita. OK, mais est-ce qu’on ne pourrait pas revenir à un système raisonnable, où les distributeurs vendent des fruits et légumes sans plastique et à des prix qui responsabilisent les consommateurs lors de l’achat ?

    « C’est loin d’être aussi simple », concède-t-il. On s’en doutait…

    La BBC partageait en avril 2019 les exemples de deux supermarchés qui ont testé le zéro déchet sans succès. « Il y a 10 ans, une enseigne a retiré tous les packagings des fruits et légumes – et le gâchis alimentaire en magasin a doublé », peut-on lire. « Un autre supermarché, critiqué pour proposer des pommes sous plastique, a essayé de les vendre sans emballage. Mais certaines s’abîmaient tellement pendant le transport que le ratio packaging par pomme vendue était plus important qu’auparavant », poursuit l'article.

    Comment expliquer ces échecs ?

    « Quand on se lance dans l’aventure, il ne s’agit pas que de supprimer les emballages, explique Didier Onraita. Il faut être prêt à revoir l’ensemble de son organisation logistique. Retirer le packaging sans rien changer à son système d’approvisionnement et d’écoulement, c’est aller droit dans le mur. » Pour que les aliments ne s’abîment pas pendant le transport, par exemple, il faut que les circuits de la production à la distribution soient assez courts. Ça demande donc aux enseignes de revoir leur réseau d’approvisionnement. En magasin, il faut des équipes capables de connaître quels fruits peuvent cohabiter sans accélérer le mûrissement – « alors qu’actuellement, leur job est de remplir un maximum les rayons. » Il faut aussi qu’elles puissent détecter les produits qui deviennent un peu trop mûrs, « afin de faire des paniers de produits à vendre à des prix discountés. »
    https://www.ladn.eu/entreprises-innov...dechet-solution-parfois-pire-probleme
    Vote 0
  2. -
    https://reporterre.net/Dix-ans-de-lut...contre-les-pesticides-dix-ans-d-echec
    Vote 0
  3. -
    https://www.greenpeace.fr/thon-en-boi...t-les-mauvais-eleves-de-la-promo-2017
    Vote 0
  4. -
    http://www.liberation.fr/desintox/201...-parcouru-2-400-km-en-moyenne_1607486
    Vote 0
  5. Je crois surtout qu'il est grand temps pour le *con*sommateur de se préoccuper d'avoir des produits issus d'une agriculture saine et durable. Il y a des méthodes qui ont fait leurs preuves...
    http://parisinnovationreview.com/arti...nnovation-alimentaire-risque-societal
    Vote 0
  6. -
    https://www.arte.tv/fr/videos/064368-...A/le-vrai-cout-de-la-viande-pas-chere
    Vote 0
  7. -
    https://theconversation.com/mettre-fin-au-suremballage-mode-demploi-79294
    Vote 0

Haut de page

Première / Précédent / Suivant / Dernière / Page 1 de 2 Marque-pages / Space Oasis: Tags: industrie agroalimentaire + écologie

À propos - Propulsé par SemanticScuttle