frenchhope: service public* + économie*

Les signets de cette page sont gérés par un administrateur.

43 signet(s) - Classer par : Date ↓ / Titre / Vote / - Signets des autres utilisateurs pour ce tag

  1. -
    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/...ne-arbres-ville-argent-acfas-montreal
    Vote 0
  2. Ce mélange de mercantilisme et de bureaucratisme se retrouve dans la gestion même des hôpitaux. Côté mercantilisme : on cède à des entreprises privées l’entretien des locaux, la blanchisserie, la restauration et la logistique ; on envisage de remplacer les secrétaires par des plates-formes de dactylographie privées délocalisées ; on fait payer aux patients les consultations de diététicien et de psychologue jusqu’alors gratuites ; on va demander, à partir de l’an prochain, 55 euros par nuit pour avoir droit à une chambre seule (sauf en cas d’isolement médical) (3) ; on cherche à privilégier les activités rentables (par exemple la chirurgie de la cataracte, du mélanome ou du canal carpien...) ; on contourne les « rigidités du code du travail » en favorisant l’embauche sous contrat à durée déterminée (CDD)...

    Côté bureaucratie, on produit chiffres et tableaux, si bien que partout il existe désormais, pour un même établissement, deux hôpitaux : l’hôpital « numérique » des comptables et l’hôpital réel, en chair et en os, celui des malades et des soignants. Les deux deviennent de plus en plus discordants. Ainsi, en 2010, le directeur de l’Assistance publique de Paris, M. Benoît Leclerc, a supprimé officiellement sept cent quatre-vingt-trois emplois de personnel administratif, de cadres de santé, d’aides soignantes et d’agents hospitaliers... mais « aucun emploi d’infirmière », insistait-il. L’hôpital réel s’avère fort différent des chiffres officiels.

    Pour survivre à cette concurrence déloyale, les hôpitaux publics adoptent un mode de gestion qui se rapproche de plus en plus de celui des cliniques privées. Désormais, les praticiens hospitaliers seront embauchés sous contrat renouvelable tous les trois ans et essentiellement payés à l’activité (7). Ils seront donc plus facilement révocables. Tout comme les directeurs des hôpitaux, qui pourront venir du privé et ne rien connaître à la santé publique, telle la nouvelle directrice de l’AP-HP, Mme Mireille Faugère, qui a fait toute sa carrière à la SNCF. Ainsi peuvent-il se concentrer sur l’objectif unique de leur mission : la rentabilité financière, dont dépend d’ailleurs en partie leur propre salaire.

    L’Allemagne a appliqué cette politique libérale avec méthode et efficacité. Résultat : la part des établissements publics dans l’administration des soins est passée de 46 à 32 %, celle du privé lucratif de 15 à 30 %. Deux CHU ont même été vendus au privé : celui de la ville de Hambourg et celui de Giessen et Marburg. La part des dépenses restant à la charge des patients a augmenté, passant de 11 % à 13 %, tandis que les dépenses publiques, elles, baissaient de 79 % en 2000 à 77 % en 2007.

    La France suit le mouvement. Au nom de la rentabilité, les hôpitaux publics vont devoir réduire leur personnel et leurs activités au profit des cliniques commerciales. Le comble sera l’introduction, au sein des hôpitaux publics eux-mêmes, de cliniques commerciales. C’est ce que souhaite M. Durousset pour les maternités. C’est ce qui est prévu à l’hôpital Saint-Joseph de Paris pour une clinique d’orthopédie. Grâce à ce « partenariat public-privé », la division des tâches sera plus facile : le rentable au privé, le reste au public. A n’en pas douter, les coûts pour la Sécurité sociale seront ainsi « mieux maîtrisés ».

    Déjà, le montant des dépenses non prises en charge par l’assurance-maladie est passé, entre 2002 et 2008, de 5 % à 29 %, et le nombre de personnes qui renoncent à des soins pour des raisons financières atteint désormais 23 % — et même 33 % pour celles qui n’ont pas d’assurance complémentaire. Les primes de ces mêmes complémentaires, mutuelles et assurances privées, ont connu une progression de 44 % entre 2001 et 2008, tandis que les remboursements ne progressaient dans le même temps que de 27 % (8). Le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, M. Jean-François Copé, propose d’aller un peu plus loin : il réclame, tout simplement, la fin du monopole de la Sécurité sociale (9).
    https://www.monde-diplomatique.fr/2010/11/GERVAIS/19825
    Vote 0
  3. -
    https://www.franceculture.fr/emission...rquoi-la-recherche-francaise-decroche
    Vote 0
  4. Comme il n’y a pas de prix au sens propre dans la santé, mais des tarifs fixés de façon administrative, et que la plupart des biens médicaux, les visites chez le médecin, les médicaments, sont quasi gratuits, la demande est inépuisable. La seule façon de contraindre la demande, c’est de rationner l’offre. Ce n’est pas véritablement un marché, contrairement aux autres secteurs de l’économie.

    C’est notamment pour cela qu’on ferme des lits d'hôpitaux. Dans un système gratuit, le rationnement est le seul moyen de faire des économies. C'est pour cela qu'on bloque chaque année la croissance des dépenses de santé, bien en dessous de la croissance spontanée, qui est de 4%, compte tenu de l'évolution technologique et du vieillissement. C’est pour cela aussi qu’on a le numerus clausus, c’est à dire un nombre limité de médecins admis chaque année. Ce qui explique les pénuries qu’on observe de plus en plus dans le système de soins français.

    En revanche, rien n'assure que ces comptes vont être redressés durablement ? À court terme, le système va être amputé de près de 3 milliards d’euros de recettes annuelles. À cause de l’exonération de CSG d’une frange supplémentaire de retraités, après le mouvement des "gilets jaunes". Et de l’exonération de charges sociales pour les heures supplémentaires, qui a été avancée par rapport à ce qui était prévu dans le budget. Il va falloir compenser tout cela.

    À plus long terme, c’est l'extraordinaire poussée démographique du vieillissement de la population qui va peser sur les comptes, de deux façons. D'abord sur la santé. En 2040, il y aura 11 millions de Français de plus de 75 ans, c’est plus de deux fois plus qu’aujourd’hui. Et c’est l’âge à partir duquel les dépenses de santé augmentent fortement, tout comme le risque de dépendance. Et sur les comptes de la branche retraite, aujourd’hui proche de l’équilibre. Le ratio cotisant-pensionné va encore se détériorer.
    https://www.rtl.fr/actu/conso/securit...4-du-jamais-vu-depuis-2001-7797233940
    Vote 0
  5. -
    https://laviedesidees.fr/Le-crepuscul...utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter
    Vote 0
  6. Et que l'on arrête avec l'efficacité du secteur privé. Il y a beaucoup de postes inutiles dans le secteur privé, alors qu'un professeur, une infirmière et un éducateur occupent une fonction cruciale. L'efficacité des services publics pour ces missions essentielle est largement documentée. Des gens comme Bill Gates doivent payer leur juste part d'impôt, la philanthropie ne remplacera jamais les services publics.
    https://www.nouvelobs.com/economie/20...ez-pas-le-modele-social-francais.html
    Vote 0
  7. -
    https://www.franceculture.fr/emission...e-de-leco-du-vendredi-15-fevrier-2019
    Vote 0
  8. -
    https://www.lesechos.fr/idees-debats/...90210-[Prov_paywall1_article]-2098512
    Vote 0
  9. -
    https://www.franceculture.fr/emission...et-politique-du-mardi-05-fevrier-2019
    Vote 0

Haut de page

Première / Précédent / Suivant / Dernière / Page 1 de 5 Marque-pages / Space Oasis: Tags: service public + économie

À propos - Propulsé par SemanticScuttle