frenchhope: urbanisme* + réchauffement climatique*

Les signets de cette page sont gérés par un administrateur.

9 signet(s) - Classer par : Date ↓ / Titre / Vote / - Signets des autres utilisateurs pour ce tag

  1. Plus le tissu urbain est organisé, comme dans la plupart des villes nord-américaines qui ont des rues très rectilignes et un plan en damier, plus la chaleur est piégée. A l’inverse, plus le tissu est sinueux, comme dans de nombreux cœurs de villes historiques, plus la chaleur s’évacue facilement.

    L’écart peut varier de 2 °C à 12 °C entre une ville et les zones rurales environnantes. Par une journée ensoleillée de 26 degrés Celsius (à l’ombre), un toit exposé au soleil peut atteindre une température de 80 °C si sa couleur est foncée, 45 °C si sa couleur est blanche et seulement 29 °C s’il est couvert de végétaux. Mais au-delà de dix mètres, la contribution au rafraîchissement urbain se réduit fortement.

    il est possible de densifier une ville en combinant habitat collectif (63 % de logements sociaux) et espaces verts. En 1972, 100 000 arbres ont été plantés dans cette zone de polders, qui est aujourd’hui une forêt de 48 hectares. Parmi d’autres exemples de solutions, Québec, mais aussi Paris, végétalisent les cours d’écoles.

    mais il faut aussi se questionner sur la renaturation des sols et donc permettre de réintégrer des surfaces perméables. Dans le secteur de la Part-Dieu, à Lyon, par exemple, a été mis en place un projet de récupération des eaux pour permettre notamment d’humidifier la chaussée, ce qui a un fort impact sur la température de surface.

    Une notion émergente est aussi celle de réversibilité : par exemple, la possibilité pour un bâtiment, un îlot urbain ou un équipement de changer radicalement de fonction le moment venu
    https://www.lemonde.fr/planete/articl...hes-d-enseignements_5481744_3244.html
    Vote 0
  2. Une modélisation effectuée le 8 juillet 2010 à 16 heures dans une rue de Nantes large et haute de 21 m, orientée nord-sud, a établi que la présence de deux façades végétalisées permettait d’abaisser la température ressentie de 0 à 3 °C. Mais en remplaçant celles-ci par deux rangées d’arbres plantés au milieu de la rue, hauts de 9 m et formant un feuillage continu sur une distance de 250 m, on gagne alors… 10 °C, raconte Sciences et Vie.

    On ne plante pas n’importe quelle espèce, et on ne plante pas n’importe où, ni n’importe comment. L’annonce faite par la mairie de Paris, le 13 juin, de la création de « forêts urbaines sur 4 sites emblématiques à Paris » (les voies sur berge, la place de l’Hôtel de Ville, l’arrière de l’opéra Garnier et le parvis de la gare de Lyon), pourtant dans la continuité d’une dynamique active de végétalisation, a ainsi été critiquée par les associations écologistes - au-delà même des accusations d’électoralisme - comme étant un ajout cosmétique pendant que la ville continue d’artificialiser les sols, comme le raconte Le Monde. « Anne Hidalgo veut des forêts urbaines… alors qu’elle a bétonné Paris, s’insurge Pierre Liscia, élu Les Républicains (LR) dans le XVIIIe arrondissement. La Maire de Paris doit résoudre une équation impossible : honorer sa promesse folle de bâtir 10 000 nouveaux logements par an à Paris alors que le foncier disponible est si rare sans détruire le peu d’espaces verts que compte la capitale ».

    L’objectif : débitumer les cours d’école pour créer des espaces verts, comme c’est aussi le cas à Paris avec la transformation de trois premières cours d’école « oasis » à l’été 2018. A priori, l’idée semble idéale. En réalité, « c’est quelque chose qui est très peu accepté par les parents : ils se posent des questions sur la sécurité, sur la salissure… Du coup, nous avons la Fédération des parents d’élèves contre nous »

    Les villes annoncent des “oasis urbaines” parce qu’elles ont des moyens, mais ce ne sera pas suffisant. Toutes les 3D des architectes sont très végétales, très inspirantes et vous donnent envie d’y vivre, mais ensuite qui va entretenir ces espaces ? Les bailleurs ? Les citoyens doivent faire leur part, pour que leur ville soit vivable. »
    https://usbeketrica.com/article/canic...les-villes-maintenant-encore-possible
    Vote 0
  3. -
    https://www.euractiv.fr/section/agric...ine-un-outil-de-resilience-climatique
    Vote 0
  4. -
    https://www.nouvelobs.com/sciences/20...en-agissant-au-niveau-des-villes.html
    Vote 0
  5. Végétaliser les murs des bâtiments ne va évidemment pas suffire, il faut planter des arbres, faire plus d'espace (avec des parcs par exemple), mieux gérer l'eau, etc.
    http://www.dailymotion.com/embed/video/k29V9GhkkfAsmWiJtF7
    Vote 0
  6. -
    https://lejournal.cnrs.fr/billets/la-ville-durable-creuse-les-inegalites
    Vote 0
  7. -
    http://www.notre-planete.info/actuali...06_etalement_urbain_environnement.php
    Vote 0

Haut de page

Première / Précédent / Suivant / Dernière / Page 1 de 1 Marque-pages / Space Oasis: Tags: urbanisme + réchauffement climatique

À propos - Propulsé par SemanticScuttle