Tags: psychologie*

1289 signet(s) - Classer par : Date ↓ / Titre / Vote /

  1. -
    https://www.slate.fr/story/179673/sol...utm_source=Twitter#Echobox=1563284698
    Vote 0
  2. -
    http://veilleagri.hautetfort.com/arch...r-declare-du-vegetarisme-6162837.html
    Vote 0
  3. -
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/f...nt-jolies_fr_5d24ba11e4b0583e4827ff5a
    Vote 0
  4. -
    https://theconversation.com/podcast-le-pouvoir-calmant-des-forets-119690
    Vote 0
  5. -
    https://theconversation.com/une-carri...stion-de-perception-avant-tout-119433
    Vote 0
  6. -
    https://invidio.us/watch?v=RsSw9cMqh7...ocal=true&autoplay=0&subtitles=%2C%2C
    Vote 0
  7. -
    https://www.letemps.ch/sciences/lerreur-condition-meme-lapprentissage
    Vote 0
  8. Une autre expérience a révélé que les participants acceptaient de payer plus cher un produit quand la pièce où ils se trouvaient était à 26 °C plutôt qu'à 18 °C. La différence s'élevait en moyenne à 10,4 % et montait jusqu'à 25 % pour un gel douche !

    Selon les chercheurs, nous transférons le sentiment de plaisir procuré par la chaleur sur les produits que l'on voit.

    les psychologues américains Lawrence Williams et John Bargh ont découvert que l'on juge une même personne plus chaleureuse après avoir eu entre les mains un thé chaud plutôt qu'un thé glacé. Dans une autre expérience, ces chercheurs ont montré que la chaleur favorise aussi l'altruisme et le partage. Des participants à qui on proposait une boisson ou un bon d'achat devaient choisir s'ils gardaient le cadeau pour eux ou l'offraient à un ami. Bilan : ils étaient 54 % à décider de l'offrir quand ils avaient tenu une poche thermique chaude dans la main juste avant, contre seulement 25 % si la poche était réfrigérée.

    Pour les chercheurs, cela activerait le souvenir lointain du contact maternel, doux et rassurant, ce qui accentuerait notre humeur sociable. Une autre raison de la confusion entre chaleur humaine et physique tiendrait au fait qu'une même zone cérébrale, l'insula, traite la sensation de chaleur et le sentiment de confiance, ainsi que d'autres émotions sociales. C'est peut-être aussi ce qui explique les résultats obtenus par John Bargh et Idit Shalev, de l'université de Yale, aux États-Unis, selon lesquels les personnes seules tendent à prendre des douches ou des bains plus chauds que la moyenne.

    quand la température ambiante vire à la canicule, nous nous sentons fatigués, collants… et par conséquent irritables. Le lien entre chaleur excessive et agressivité est particulièrement bien établi, aussi bien par des recherches en laboratoire que par des études de terrain.

    L'agressivité induite par la chaleur ne se limite pas aux pensées, mais se traduit bien dans les comportements. John Cotton, de l'université Purdue, a épluché les statistiques policières américaines et montré une hausse spectaculaire des crimes violents, comme les agressions ou les vols avec brutalité, à partir d'environ 30 °C. C'est bien l'agressivité et non la malhonnêteté qui augmente, car aucun effet de la température sur les méfaits sans violence n'a été observé.

    Les psychologues américains Robert Baron et Victoria Ransberger ont constaté un effet similaire en comptabilisant sur plusieurs années les manifestations de rue qui avaient dégénéré (c'est-à-dire ayant entraîné des jets de projectile ou des coups de feu, une agitation pendant plusieurs jours et l'intervention des forces de l'ordre). Le croisement de ces informations avec les données météorologiques locales a révélé que la fréquence de ces incidents augmentait quand il faisait chaud. Du moins jusqu'à une trentaine de degrés, après quoi elle baissait rapidement : seules 9 % des émeutes avaient ainsi lieu lorsque la température se situait entre 33 et 38 °C. Un résultat qui ne fait cependant pas l'unanimité, le psychologue américain Craig Anderson pointant des biais statistiques. Pour lui, le risque qu'une manifestation dégénère en émeute augmente continûment avec la chaleur.

    quand nous sommes déjà dans un état intérieur désagréable, le surcroît d'inconfort provoqué par une chaleur excessive nous ôte l'envie de nous battre et d'attaquer, déclenchant plutôt un désir de fuir la situation détestable.

    Une hausse de la nervosité qui n'est pas sans conséquence, car elle pousse à des comportements dangereux, comme coller au pare-chocs du conducteur qui n'aurait pas démarré assez vite. Pire, les chaleurs extrêmes ont d'autres effets néfastes sur les conducteurs, qui reportent par exemple une fatigue accrue. En 2015, une étude menée par Xavier Basagaña, du Centre de recherche en épidémiologie environnementale, à Barcelone, a alors montré que le risque d'accident de la route augmente de près de 3 % pendant les vagues de chaleur, par rapport aux jours où il fait chaud sans que ce soit excessif.
    https://www.cerveauetpsycho.fr/sd/psy...d-la-chaleur-monte-a-la-tete-9700.php
    Vote 0

Haut de page

Première / Précédent / Suivant / Dernière / Page 1 de 129 Marque-pages / Space Oasis: tagged with "psychologie"

À propos - Propulsé par SemanticScuttle